architecte bambou oxala

Les procédés techniques


1- L'isolation thermique


Elle permet d'éliminer les variations de température dans l'habitat.

A - les murs auto-isolants

- En terre cuite monomur.
- En béton cellulaire.
- En pisé.
- Les murs mixtes : béton de chanvre, terre crue, paille et autres avec ossature bois. Ils ne nécessitent pas d'isolant, diminuent le risque de ponts thermiques et présentent une forte inertie.
Ce type de murs est un régulateur thermique, hygrométrique et acoustique. Il augmente le confort été comme hiver.

B - Les murs isolés de l'extérieur

  - Pas de création de ponts thermiques.
- Bonne inertie de la paroi.
- Peu de condensation.

C - Les murs isolés de l'intérieur

- Risque de ponts thermiques avec une déperdition de chaleur élevée.
- Faible inertie de la paroi. - Risque de condensation.

D - les vitrages isolants

Pour éviter les déperditions de chaleur intérieure, il faut réduire ses trois modes de transfert à travers les vitrages :  
- Les conductions et la convection
1. Par le volume d'air entre les deux verres.
2. Grâce à l'argon, gaz moins conducteur que l'air.

- Le rayonnement
1. Grâce à la couche d'oxydes métalliques fixés sur le verre.

E - Les isolants minéraux

Les fibres minérales artificielles sont les matériaux d'isolation les plus utilisées en raison de leur propriété d'isolation thermique et phonique et de leur coût bas.

F - Les isolants végétaux

Si les fibres minérales artificielles sont de très récents matériaux en terme industriel, l'homme a toujours eu recours aux fibres d'origine végétale pour produire des textiles.
Quelques isolants :

- Le liège expansé.
- La laine de bois.
- Le chanvre.
- La laine de lin.
- La cellulose.

G - Les isolants animaux

Les poils des mammifères ou les duvets des oiseaux sont les seuls isolants thermiques produits en tant que tels par la nature :
- La laine de mouton.
- La plume de canard.

2 - Les sols et murs


A - Béton de chanvre

L'utilisation du béton de chanvre présente un réel intérêt :
Les principales utilisations :

- En mélange "maigre" : pour les isolations de toiture.
- En liant (dosage plus fort), en murs périphériques : rénovation de colombage, banchages pour construction neuve, doublage banché de murs anciens.

B - Fermacell

Les plaques de Fermacell sont composées de gypse (roche sédimentaire très commune à la base du plâtre) et renforcé par de la fibre de cellulose (issue de papier recyclé), sans aucun adjuvant chimique. Comme les autres plaques de plâtre, elles sont résistantes au feu et leur porosité leur permet d'être d'excellents régulateurs de la vapeur d'eau. Par contre, elles sont nettement denses et plus rigides, un peu meilleures sur le plan phonique et d'un usage plus universel (voir tableau comparatif entre les différentes plaques).

3 - La ventilation


La ventilation a pour priorité de satisfaire les besoins d'hygiène et de confort : 
- Une entrée permanente d'air neuf venant de l'extérieur dans chaque pièce principale.
- L'extraction d'air vicié dans chaque pièce de service qui est les pièces polluantes.
- La circulation d'air des pièces principales vers les pièces de service.

Ventilation et humidité :
L'humidité est un des graves problèmes sanitaires de la dégradation de la qualité de l'air à l'intérieur. De plus, une humidité excessive augmente la consommation d'énergie et diminue le pouvoir isolant des murs. Le système double-flux.

Ce système permet de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation : il récupère la chaleur de l'air vicié extrait de la maison et l'utilise pour réchauffer l'air neuf filtré venant de l'extérieur. Un ventilateur pulse cet air neuf préchauffé dans les pièces principales par le biais de bouches d'insufflation.

4 - Le confort acoustique


Les bruits extérieurs sont atténués par l'isolation de la façade, les fenêtres et les vitrages, l'isolation de la toiture.
Les bruits intérieurs peuvent être réduits en utilisant une dalle flottante (désolidariser la dalle de la structure) et à travers les revêtements des sols et des murs.

5 - L'électricité biotique


- Interrupteurs automatiques de champs (IAC) : cet équipement peut représenter un intérêt pour les circuits de prises et d'éclairages des chambres (dès qu'une lampe s'allume, l'IAC met la ligne sous tension. - Le câblage électrique : le blindage est important pour faire circuler de fortes intensité de courant. Les champs magnétiques et électriques alternatifs seront diminués. Les câbles blindés évitent aussi la diffusion de hautes fréquences.

La domotique peut constituer un outil de respect de l'environnement par la maîtrise de la consommation énergétique de l'habitat. Les nouvelles normes en matière de construction imposent une gestion de l'énergie. La domotique vise apporter des fonctions de confort (gestion d'énergie, optimisation de l'éclairage et du chauffage), de sécurité (alarme) et de communication (commande à la distance, signaux visuels ou sonores, etc.) que l'on peut retrouver dans les maisons.

6 - Le chauffage


Le confort thermo-hygrométrique dépend de la température de l'air et des surfaces, de l'humidité, des courants d'air. La chaleur se transmet par condition, confection, rayonnement.
La convection : l'air est chauffé. L'air chaud se déplace et se mélange à l'air ambiant. Cela provoque des mouvements d'air et de poussières.
Le rayonnement : c'est la masse qui est chauffée. L'émission d'un rayonnement infra rouge transfère la chaleur aux masses rencontrées : murs, sols, plafonds, occupants.
Il peut y avoir :

- Chauffage par poêle de masse.
- Chauffage par circulation d'air solaire aérothermie.
- Chauffage thermo solaire c'est la lumière transformée en chaleur par le capteur solaire est une solution conciliant économie d'énergie et protection de l'environnement. Les capteurs chauffent directement l'air dans le bac à sable sous la dalle de l'habitat ou sur le plancher chauffant à l'air.
- Chauffage par circulation d'eau.
Toute forme d'énergie peut être convertie en chaleur. Les procédés utilisés comme combustibles sont le gaz, le fioul, l'électricité, et le recours aux énergies renouvelables pour le chauffage : la géothermie et le solaire.
- Chauffage par accumulation est de réaliser une masse thermique sous l'habitation : utilisée comme accumulateur, équilibreur et régulateur thermique, elle fonctionne en interaction avec le volume du bâtiment. On peut se contenter des transferts directs, qui ont lieu entre le sol et l'air du local (solution passive). Mais on peut aussi activer les transferts de chaleur, pour améliorer le fonctionnement et climatiser en douceur.
- Chauffage par la chaudière bois granulé : le bois a depuis longtemps prouvé son faible coût pour l'usage domestique et son impact. La chaudière aux granulés bois (aussi appelée pellets) apporte aujourd'hui un confort complémentaires avec un équipement qui s'autoalimente et s'auto-régule, tout comme une chaudière classique. Les granulés font oublier la corvée de bois et les contraintes de stockage des bûches Ce système peut aussi étre utilisé pour chauffer l'eau sanitaire, grâce à l'ajout d'un ballon tampon.

7 - Les finitions


A - Les enduits extérieurs

Les enduits à la chaux et bâtards (chaux, ciment naturel) sont préférables. Autrefois, des enduits imperméables à la vapeur ont provoqués de graves dégâts. Aujourd'hui, la majorité des enduits est perméables à la vapeur. Il est néanmoins conseillé de vérifier.
Pour les rénovations, mieux vaut isoler par l'extérieur avec un enduit de quelques centimètres d'épaisseur.

B - Les enduits intérieurs

En plus des matériaux cités pour les enduits extérieurs, les plâtres et les enduits à la terre crue, voire la paille ou du chanvre haché peuvent être utilisés.
Ces enduits peuvent rester couleur naturelle ou être chaulés, badigeonnés.